Faits marquants


Une drosophile résiste aux attaques de ses ennemis grâce à une stratégie de médication

Des chercheurs du Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive (LBBE, CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1 / VetAgro Sup) de Villeurbanne et de l'Unité Ecologie et Dynamiques des Systèmes Anthropisés (EDYSAN, CNRS / Université de Picardie Jules Verne) d'Amiens, ont mené cette étude.

Originaire d'Asie du Sud-Est, Drosophila suzukii est devenue en l'espace de quelques années un ravageur majeur des cultures fruitières dans plusieurs pays du globe. En Europe et aux Etats-Unis, les méthodes de lutte biologique basées sur l'utilisation de guêpes parasitoïdes contre cette petite mouche se sont révélées jusqu'ici inefficaces. Des chercheurs du LBBE et de l'Unité EDYSAN viennent de découvrir l'un des moyens de résistance de D. suzukii contre les attaques des parasitoïdes. Ils ont montré que des femelles D. suzukii déposaient leurs œufs sur une plante diffusant un insecticide naturel afin d’offrir une meilleure protection de leur progéniture face aux parasitoïdes. Cette stratégie de médication transgénérationnelle pourrait expliquer en partie le succès de l'invasion de l'espèce en Europe.

En savoir plus

Publié le 21 mai 2017 Mis à jour le 31 mai 2017